Avec le maître zen Hugues Yusen Naas. 

Programme

ATELIERS  ( Sumi-e, Couture du kesa, Atelier pour les enfants, Les 34 sons du zen, Yoga, Théâtre d’ombres, Raku - Introduction à la céramique, Permaculture, Jin Shin Jyutsu, Calligraphie ) - du 27 au 31 octobre 2018

Arrivée Ateliers : Vendredi 26 octobre dans l’après-midi. Dîner à 20h30.

7h00 Zazen

9h30-12h00 Ateliers

12h30 repas

14h30-17h Ateliers

18h Zazen

19h30 Repas

Départ : Pour les personnes venues uniquement aux ateliers, le jeudi 1er novembre après le petit déjeuner.

Pour ceux qui restent, jour de repos le 1er novembre.

Une performance « L’esprit du grand pinceau » aura lieu un soir, effectuée par Inès Doshin Igelnick.

Exposition : « Calligraphie et sumi-e » de Beppe Mokuza Signoritti et Inès Doshin Igelnick du 26 octobre au 26 novembre 2018, dans le réfectoire du temple (ouvert au public) sur rendez-vous (06 72 16 71 61).

 

SESSHIN ( retraite de méditation zen ) - du 2 au 4 novembre 2018

Arrivée de sesshin le jeudi 1er novembre dans l’après-midi, dîner à 20 h 30.

La sesshin se termine le dimanche 4 novembre après le repas de midi.

Inscription en ligne : ICI

L'esprit du geste

L’esprit du geste, être éveillé, rester éveillé, être vigilant.

Cette vigilance (du latin vigilare, vigilo : « je suis éveillé »), c’est l’esprit du zazen et sa continuation dans la vie quotidienne : laisser passer les pensées, être totalement présent dans l’action à chaque instant.

L’esprit du geste, c’est aussi cesser de discriminer, d’attribuer de l’importance ou de négliger ceci ou cela. Comprendre qu’il n’y a pas de petites ou de grandes choses, mais que tout est important dans notre vie, que tout mérite notre attention, ici et maintenant.

Les ateliers qui vous seront proposés vous inciteront à approfondir l’esprit du geste de façon pédagogique et ludique. Par la pratique, ils permettront à chacun de réaliser que cet esprit n’est pas le fruit d’une activité ou l’apprentissage d’une technique, mais qu’au-delà des techniques, au-delà de l’aspect, de la forme et de la non-forme, l’esprit du geste peut être manifesté dans toutes les circonstances de notre vie — nobles ou triviales, vastes ou infimes. Car l’esprit du geste, c’est l’esprit même.

Ainsi qu’il est écrit dans le Dhammapada, les Dits du Bouddha : « La vigilance est la voie éternelle ; La négligence est la voie mortelle. Celui qui est vigilant ne meurt pas ; Mais celui qui n’est pas présent, pas conscient, Celui-là est quasiment déjà mort. »

Pratique de la voie du Bouddha

Le zazen est la méditation assise sans objet, telle que pratiquée par le Bouddha et transmise à travers le temps par une lignée ininterrompue de maîtres. Elle est le recueillement dans le silence et la nudité de l’instant présent. C’est un retour à ce qui est « avant » que la pensée ne se déploie pour tenter de saisir ce qui, simplement, est.

Cela se fait sans effort lorsque l’attention revient simplement à ce qui est présence. Le temps de la méditation échappe au temps lui-même car c’est un retour à la source immobile de notre existence. Lorsque la source originelle est vue, chaque respiration, chaque action, chaque mouvement devient spontanément l’expression lumineuse de la vie elle-même, et la dualité entre sujet et objet disparaît.

Pendant les cinq jours des ateliers, zazen sera pratiqué le matin et en fin d’après-midi.

Hugues Yusen Naas

Hugues Yusen Naas est né à Strasbourg en 1952. Il pratique zazen depuis 1975 et a reçu l’ordination de moine en 1977 de maître Deshimaru, qu’il suivit jusqu’à la mort de ce dernier. Il a enseigné le Dharma pendant vingt-cinq ans au dojo zen de Strasbourg. Il reçoit en 2009 la transmission du Dharma de maître Dôkô Raphaël Triet. De l’été 2002 jusqu’à l’été 2016, il a été responsable du temple zen de la Gendronnière, assurant le suivi de l’entretien, des travaux d’amélioration, de l’organisation de la vie quotidienne des résidents, ainsi que l’accueil des sesshins et des groupes. Il y assurait également l’enseignement dans le dojo. Il a ensuite quitté la Gendronnière pour fonder le Centre zen du Perche - Daishugyoji, qu’il dirige aujourd’hui en présidant l’association zen Daishugyo. Il dirige également des sesshins (retraites zen ) en France et à l’étranger.

Les ateliers

Jin Shin Jyutsu

Le Jin Shin Jyutsu, littéralement « l’Art du Créateur à travers l’Homme de Connaissance et de Compassion », est un art millénaire d’énergétique japonaise qui repose sur une connaissance approfondie des circuits de l’énergie vitale et de la manière de les harmoniser. C’est un art doux du toucher sur l’autre ou sur soi-même qui ne nécessite ni massage ni manipulation et qui agit puissamment à tous les niveaux par simple contact des doigts par-dessus les habits. Utilisé régulièrement, il favorise la connaissance de soi et permet de contribuer activement à son équilibre physique, mental, émotionnel et spirituel.

Cet atelier s’adresse à tous ceux qui ont envie d’être bien et offre l’occasion de faire l’expérience directe de cette pratique sur soi-même et de ses effets concrets de transformation. Durant ces cinq jours, chacun sera guidé pour apprendre progressivement à poser les mains sur soi aux endroits appropriés et ainsi découvrir et répéter les enchaînements de base afin qu’ils puissent être intégrés dans le quotidien de qui le souhaitera à l’issue du stage. Ces cinq jours permettront de découvrir aussi les fondements énergétiques de cette pratique mais surtout l’Esprit derrière les gestes.

L'enseignante : Marie Ravet, passionnée par l’être humain et la conscience, pratique zazen depuis 1995. Elle a acquis une expérience professionnelle de plus de trente ans dans le domaine de l’écoute et du toucher et se consacre exclusivement à la pratique du Jin Shin Jyutsu depuis 2010. Habilitée par Jin Shin Jyutsu International Inc., elle enseigne « l’aide à soi-même » et reçoit en séances individuelles à Génissac (33) et à Paris (15°).

Yoga

Zazen est l’art de l’immobilité, mais souvent le pratiquant est emporté par ses mouvements internes et sombre dans la torpeur ou se perd dans l’agitation mentale. Le yoga est l’art du mouvement, mais il conduit bien des pratiquants à un attachement superficiel à la santé du corps et au bien-être. Explorer les mouvements du corps-esprit au cœur de l’assise immobile ; trouver la voie qui n’a pas de forme – Shakti dansant sous l’œil de Shiva en Inde, le poème de Huineng en réponse au cinquième patriarche en Chine... nous explorerons cette voie à travers asanas et pranayama.

Un minimum d’un an de pratique du yoga est demandé.

L'enseignant : Guillaume Tachon a vécu quatre ans à la Gendronnière, où il fut ordonné moine en 2011 par Hugues Yusen Naas. Durant sa pratique de zazen, il a éprouvé le besoin d’explorer la dimension du mouvement et c’est naturellement qu’il s’est tourné vers le yoga. Il a étudié la voie du yoga auprès de nombreux professeurs en Inde et en France, principalement dans des lignées de Vinyasa, Sivananda et Iyengar.

Raku - Introduction à la céramique

Le temps d’un bol, retracer la genèse de la terre qui nous fournit les matières premières pour laisser notre empreinte et marquer l’histoire. Un grain de sable éphémère dans un univers en mouvance, ce granite devenu grès au fil de millions d’années puis devenu bol, tasse, en quelques jours au gré de la créativité et des besoins des hommes.

Prenons un « rakurci » l’espace d’une session, et venez expérimenter les divers types de façonnage (modelage, plaque, tour, estampage), découvrir le monde des émaux et réaliser une cuisson raku, tout en bénéficiant d’une introduction aux phénomènes qui composent l’univers du façonneur de terre.

L'enseignant : Après un passage à la Gendronnière, Cécile Bardenet est allée se former à la céramique. Elle continue au fil des rencontres et de ses voyages à aller toujours un peu plus loin dans ce lien avec la terre et l’homme. Maintenant installée comme céramiste dans l’est de la France, elle travaille le grès pour façonner des objets utilitaires et développer le travail de l’émail de haute température (1 300 °C) tout en restant liée au monde du zen.

Sumi-e

D’origine chinoise, le sumi-e, méthode de peinture à l’encre de Chine, a été introduit au Japon il y a cinq siècles. «Sumi» : encre noire, «e» : peinture. Les sujets sont peints à l’encre, suivant des nuances variant du noir pur à tous ses dégradés obtenus en diluant avec de l’eau. Un simple pinceau, une barrette d’encre de chine, une pierre et une feuille de papier de riz sont suffisants pour pratiquer le sumi-e.

Cette manière de peindre est totale car elle implique tout le corps et ce n’est en rien facile. Un instructeur est indispensable. Il faut aussi s’habituer à répéter de nombreuses fois les sujets choisis ou même des détails de la composition finale. Chacun, quel que soit son niveau, intéressé ou curieux d’expérimenter cette approche orientale «ancienne», trouvera un chemin nouveau et spontané d’expression artistique. Grâce à une posture détendue et une respiration correcte, la coordination et la fluidité des gestes s’améliore. Peindre une fleur, une roche, un bambou devient un acte total émanant du corps lui-même, dans la plénitude de l’instant présent.

Le sumi-e n’est pas l’apprentissage d’une simple méthode de peinture. Il s’agit du contact direct avec notre être essentiel, nature de Bouddha, au-delà de «faire» ou «ne pas faire». La vie créée par le toucher du pinceau renforce la Vie elle-même. Participation aux frais de l’atelier (pinceaux, encre, papier et papier de riz) : 25 €

L'enseignant : Beppe Mokuza Signoritti, moine zen, disciple de Roland Yuno Rech, pratique le sumi-e depuis une vingtaine d’années. Il expose et fait des conférences et démonstrations pratiques dans toute l’Europe. www.sumi-e.fr

Théâtre d'ombres

Le théâtre d’ombres est un art très ancien qui apparaît pour la première fois en Chine au Ve siècle avant J.-C. et est à l’origine de nature religieuse.Les participants choisiront parmi les textes proposés par l’intervenante un conte d’inspiration fantastique et/ou philosophique (les contes d’Asie sont remplis d’histoires de moines, de revenants et de créatures surnaturelles ; mais, plus proches de nous, on pourra piocher dans les contes bretons ou les légendes arthuriennes, éventuellement remises au goût du jour), que l’on explorera par le biais du théâtre d’ombres corporelles, une technique proche du mime, de la danse et du jeu stylisé des théâtres d’Orient, qui se pratique derrière un écran. Des échauffements spécifiques, des jeux de théâtre et d’expression, un travail sur le masque (conception et utilisation) ainsi qu’une étude sur les possibilités de jeu avec la lumière et sur la composition d’une image seront proposés.

L’atelier est ouvert aux adolescents (à partir de 12 ans) et aux adultes.

L'enseignante : Blanche Heugel, nonne zen et pratiquante depuis plus de vingt ans, est comédienne et marionnettiste professionnelle. Elle développe depuis quelques années un travail sur le théâtre d’ombres, dans des spectacles et des ateliers pédagogiques pour les enfants, les adolescents et les adultes. http://blanche-heugel.fr

Atelier pour enfants

« Le continent de l’Atlantide était une île existant avant le grand déluge dans la partie du monde appelée aujourd’hui océan Atlantique. C’était une grande cité qui cultivait une avancée culturelle et technologique bien au-delà de son temps. Consciente de son destin, la cité de l’Atlantide envoya des navires aux quatre coins du monde. A leur bord se tenaient les Douze... »

Nous allons explorer la légende de l’Atlantide, le plus ancien des mythes marins. Plongeons à la recherche de ce continent perdu à travers chansons et pièces de théâtre. Venez munis de bottes et de cirés : les intempéries en mer peuvent être tumultueuses !

L'enseignante : Magali Naas, après avoir fait sa scolarité à l’école Steiner de Strasbourg, a continué ses études aux Etats-Unis où elle a obtenu son Bachelor of Fine Arts en théâtre. Elle a joué dans plus d’une vingtaine de pièces de théâtre et a enseigné en français et en anglais à tous les publics, de la petite enfance aux adultes handicapés en passant par les jeunes en difficulté.

 

Calligraphie

Qu’est-ce que c’est ? Dans le vif de l’instant, le pinceau guidé par une main ferme et souple trace avec l’encre de Chine dans la blancheur et la douceur du papier de riz (absorbant) un caractère sino-japonais. Le cœur est vide, c’est-à-dire tranquille, le souffle se diffuse sans pensée. Les caractères sont pris dans le répertoire des sentences zen. Nous étudierons la calligraphie de quelques maîtres zen, dont celle de maître Taisen Deshimaru. Un après-midi sera consacré à la visite d’une partie de la collection conservée à la Gendronnière. Cet atelier s’adresse à tous, débutants et confirmés. La liste du matériel à apporter est disponible sur demande auprès de l’intervenante.

L'enseignante : Inès Doshin Igelnick pratique la voie de l’encre et la voie du zen depuis 1979. Elle a suivi l’enseignement de maître Deshimaru et suit maintenant celui de la révérende Simone Jiko Wolf. Elle enseigne et expose depuis 1999, à Paris et en Suisse, réalise des performances et des démonstrations dans divers lieux culturels, dont Calligraphis à Paris. www.ines-igelnick.fr et www.calligraphie.com

 

Les 34 sons du zen

Au fil du temps, la voie du Bouddha s’est développée à travers diverses formes. Dans la tradition zen soto, celles-ci sont toutes mises au service de la réalisation spirituelle. Ainsi la vie des dojos, des temples et des monastères est-elle notamment rythmée par des sons codifiés qui sont chaque fois l’occasion d’une expérience concrète, tant pour la personne qui les produit que pour celle qui les entend. Dans cet atelier, vous pourrez vous initier ou vous perfectionner à la pratique de ces sons : le bois, le métal, le tambour, le mokugyo, les divers gongs et cloches, sans oublier le chant des sutras. Vous mettrez en pratique les enseignements en encadrant la session de L’esprit du geste tout au long de la journée. De quoi ensuite en faire profiter votre groupe de zazen en fonction du lieu et de la demande !

L'enseignant : Michel Jigen Fabra, moine zen, disciple de maître Roland Yuno Rech, a créé en 2002 le dojo de Carpentras et l’a dirigé pendant sept ans, avant de se rendre au temple zen de la Gendronnière, où il a occupé les fonctions de shuso et d’ino (responsable des sons) pendant cinq ans. En août 2014, il a reçu la transmission (shiho) de maître Yuno Rech. Il est actuellement responsable de l’enseignement au dojo de Poitiers.

 

Couture du Kesa

Coudre le kesa est la voie du Bouddha, comme zazen.

Concentrés, instant après instant, sur chaque point en observant sans jugement notre travail, dans le respect de la tradition transmise par maître Deshimaru, nous réalisons point après point, avec patience et détermination, l’assemblage des pièces du kesa dans la joie et la sérénité intérieures.

Tous ensemble, dans le silence de notre pratique, inconsciemment, naturellement, automatiquement, nous réalisons notre unité avec toutes choses.

L'enseignante : Catherine Cordier a été ordonnée nonne zen par maître Deshimaru. Elle pratique et enseigne la couture du kesa depuis de nombreuses années durant les sesshins et les ateliers de la Gendronnière, ainsi que dans les dojos.

 

Permaculture

S’inspirer des lois de la nature pour cultiver notre nourriture est la proposition de la permaculture. Le soin que porte le tenzo (cuisinier) aux aliments est précédé du soin du jardinier pour la terre. S’harmoniser avec tous les êtres est s’harmoniser avec la nature. En s’inspirant de l’esprit zen, Masanobu Fukuoka, agriculteur japonais précurseur de la permaculture, a développé ses méthodes naturelles sur la base du « non-agir ». L’enseignement et l’application de ces principes constitueront le contenu de cet atelier de jardinage. Entre formation et activités (samu), nous allons explorer comment actualiser la voie dans les gestes du quotidien au potager.

L'enseignant : Raimund Olbrich est moine zen, jardinier et maraîcher. Il a été responsable du potager de la Gendronnière pendant plusieurs années. Depuis 2018, il s’en occupe de nouveau dans le cadre du « projet permaculture ».

Inscriptions et Tarifs

ATELIERS    Chambre 4-5      354 euros /   Chambre à 2    424 euros  / Chambre individuelle ( selon disponibilité ) 530 euros

ATELIER ENFANTS 177 euros par enfant

ATELIER " Les 34 sons du zen " Chambre 4-5   279 euros / chambre à 2   334 euros / Chambre individuelle ( selon disponibilité ) 417 euros

SESSHIN ( retraite de méditation zen )    Chambre 4-5    119 euros / Chambre à 2   143 euros     / Chambre individuelle ( selon disponibilité ) 179 euros

IMPORTANT

  • Une autorisation des parents est nécessaire pour les mineurs.
  • Adhésion 2018 obligatoire à l’association AZI : 45 euros (35 euros pour petit budget).
  • Les animaux ne sont pas admis.

S’INSCRIRE


Temple zen de la Gendronnière
41120 Valaire (près de Blois)

INFORMATIONS PRATIQUES

Voir ICI.